Sélectionner une page

La semaine dernière, sur les autoroutes néerlandaises, les panneaux de limitation de vitesse à 130 km/h ont été remplacés par de nouveaux panneaux limitant la vitesse à 100 km/h. Cette mesure n’a pas tellement pour objectif de favoriser la mobilité, mais bien de réduire les émissions d’azote aux Pays-Bas. Dans notre pays, certaines voix s’élèvent aussi pour imposer un abaissement généralisé de la vitesse… Ce dont ne veulent visiblement pas les automobilistes belges.

Suite à l’abaissement de la vitesse chez nos voisins du Nord, la fédération de mobilité VAB a interrogé 3.000 Flamands à propos de l’opportunité d’instaurer une mesure similaire dans notre pays. Sans guère de surprise, le résultat de ce sondage indique que seulement 13 pour cent des Flamands désirent préserver l’environnement en imposant une limitation de vitesse généralisée à 100 km/h sur les autoroutes. Les jeunes (entre 18 et 35 ans) sont davantage disposés à accepter cette mesure puisque 26 pour cent d‘entre eux marqueraient leur aval pour rouler moins vite à la condition qu’il soit scientifiquement démontré que cette disposition aurait un impact direct sur la qualité de l’air.

Réduire la vitesse en cas de pluie ?

Dans ce même baromètre de la mobilité, le VAB a également sondé la population sur d’autres éventuels motifs qui pourraient entraîner une réduction temporaire de la vitesse. Un abaissement de la vitesse lors des pics de pollution (comme pour l’actuelle alerte smog, NDLR) peut compter sur le soutien d’une personne sur quatre. En cas de conditions de circulation ‘dangereuses’, comme des routes glissantes, plus de 50 pour cent des Flamands sont prêts à lever le pied. Parmi les conductrices et les plus de 56 ans, ce sont même plus de 6 personnes sur 10 qui approuvent cette idée.

Le VAB espère que les Pays-Bas réaliseront une étude quant à l’impact de cette mesure sur la sécurité routière en plus de la qualité de l’air. « Au niveau des flux de circulation, nous escomptons certains effets positifs, comme moins d’accidents, un trafic plus homogène et plus calme, et dès lors aussi certainement moins d’embouteillages structurels », estime encore le VAB.

Source : fangio.be