Sélectionner une page

C’est l’avis de l’European Transport Safety Council (ETSC), basé à Bruxelles. Celui-ci estime que cette mesure est nécessaire pour la sécurité des usagers de la route faibles.

L’ETSC émet ce conseil dans le cadre d’une étude relative à la sécurité des usagers de la route faibles dans les villes européennes. Ce rapport, rédigé en anglais, indique littéralement que les villes « pourraient envisager d’introduire des restrictions d’accès pour les voitures pouvant présenter un risque important pour les piétons et les cyclistes » comme les SUV, qui sont plus hauts et plus lourds, et que « le risque de blessures sévères ou de décès pour un piéton est plus élevé dans les accidents avec des SUV ou des fourgonnettes que dans le cas de collisions avec des voitures particulières ».

Dans le rapport, cette recommandation est appuyée par une série de chiffres. Le European Transport Safety Council a ainsi calculé qu’entre 2010 et 2018, au moins 51.300 piétons et 19.450 cyclistes ont perdu la vie sur les routes européennes. Le groupe de réflexion note également que le nombre d’accidents mortels impliquant des cyclistes a diminué huit fois moins rapidement que les accidents aux conséquences fatales pour les occupants d’un véhicule.

« Également une solution pour la crise climatique »

L’ETSC inscrit également cette mesure dans un cadre plus vaste. Graziella Jost, Directrice de Projets au sein de l’ETSC : « L’UE fait aujourd’hui face à une multitude de défis : l’urgence climatique, les morts et les blessés graves sur la route, la pollution atmosphérique et l’obésité. »

« Les politiques qui améliorent la sécurité des cyclistes et des piétons peuvent également apporter une contribution majeure à la capacité de relever ces défis. Certains pays de l’UE, les Pays-Bas et le Danemark en particulier, le démontrent déjà. Si ces pays le peuvent, le reste de l’UE le peut aussi. »